Apprendre à apprendre pour coder

Apprendre à apprendre pour coder

D’après vous, vaut-il mieux apprendre à coder ou bien apprendre à apprendre pour coder ? Dans un monde en plein renouvellement, où l’on nous prépare à changer plusieurs fois de métiers dans sa vie, quelle meilleure méthode à mettre en place que celle d’apprendre à apprendre ?

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “Apprendre à apprendre : les meilleurs conseils pour développer ses connaissances” organisé par Gaël Loric du Blog Changer Aujourd’hui. Vous allez pouvoir retrouver les points de vue de plusieurs participants, et notamment celui de “coder pour changer de vie” 🙂

Pourquoi l’école ne nous enseigne pas comment apprendre à apprendre ?

éducation nationale

Je ne sais pas vous, mais j’aurais apprécié travailler sur ce sujet dès l’école primaire, plutôt que de m’y intéresser à l’âge adulte… mais pourquoi ce sujet n’est-il pas la priorité numéro 1 de l’éducation nationale ?

Le monde change rapidement, quand j’étais enfant, avoir un interphone avec un écran pour voir qui sonne à la porte était presque de la science-fiction, c’est le genre de chose qu’on pouvait voir à la télé, comme la magnifique demeure de la série “l’amour du risque, avec Jonathan et Jennifer, les justiciers…” vous connaissez la suite ;).

l'amour du risque

Aujourd’hui il est normal de faire une réunion de 100 personnes sur zoom à travers la terre entière. Oui cela va vite.

Il est alors aisé de comparer l’éducation nationale à un Mammouth quant a son adaptabilité au monde en mouvement (que l’on soit à l’intérieur ou bien qu’on la critique de l’extérieur).

Mais est-ce que le constat est aussi simple ? Nul besoin d’inonder la scène publique de débats aussi enflammés que stériles. Il n’est pas question ici d’avoir raison, mais plutôt de voir juste. Soyons factuels

Le Mammouth est devenu un éléphant de cirque

Apprendre en France en allant à l’école est une chance et oui la qualité de l’enseignement vient principalement des enseignants. Nous avons tous connu ce prof magique qui a su révéler en nous cette soif d’apprendre et ce plaisir d’y arriver. A contrario nous avons également croisé des personnes dont la place dans l’éducation nationale n’était qu’un malheureux concours de circonstance (autant pour la personne que pour les élèves).

Apprendre de l’histoire

Ce constat fait, prenons un peu de hauteur pour observer la ligne de temps de l’éducation nationale, son chemin historique : le système éducatif “moderne” a été conçu pour le 19 ème siècle.

industrie 19 ème siècle Photo by Jonathan Borba on Unsplash

1882 : l’instruction est rendue obligatoire pour Jules Ferry. Elle est gratuite pour tous, de 6 à 13 ans. Replongeons-nous dans le contexte : La majorité des emplois sont dans le monde agricole ou les usines. En envoyant les enfants à l’école, les parents perdent de l’aide au champ, et les industriels de la main d’œuvre.

Des allocations familiales ont été mis en place pour soulager les parents et il a été soufflé aux industriels la suggestion suivante : les enfants seraient plus éduqués et plus dociles.

À cette époque, le savoir était principalement dans les livres et peu accessible aux français. L’école était une chance de vivre une vie “plus heureuse” que celle de ses parents.

Mais n’y avait-il pas une autre façon d’enseigner que du haut d’une estrade, règle à la main tel un chef d’orchestre, métronome d’un futur dirigé par la productivité, les mains minutées ? …

Toujours dans un souci de contexte : les institutions rayonnaient jusque dans les petits villages de campagne. Souvent les 3 figures de référence étaient : Le maire, le curé et le médecin… les sachant

Que pensez-vous de l’idée suivante : Si l’on créait une école où l’enseignant forme directement les meilleurs élèves qui à leur tour enseignent à leurs camarades, bien sûr sous la surveillance du professeur ? Il est dit qu’enseigner quelque chose est la meilleure façon de l’apprendre, ce principe est donc plutôt prometteur non ?

Imaginez ensuite, que fort d’autonomie et de responsabilités, les élèves ne soient pas classés par âge mais par niveau, au profit de tous ? Cela n’inciterait-il pas les élèves à donner le meilleur d’eux même ?

J’ai été surpris d’apprendre dans “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études, d’Olivier Roland”, que c’était le fonctionnement des écoles communales, d’inspiration anglo-saxonne. La France en comptait 1500 en 1820. Dès 1824 les trois-quart disparurent sous la pression du ministère de l’instruction publique (créé par les catholique et les royalistes).

Des enfants autonomes, prêt à remettre en cause le pouvoir en place ?

En 1815 l’église annonçait :

“Habituer les enfants au commandement, leur déléguer l’autorité magistrale, les rendre juges de leurs camarades, n’est-ce pas là prendre le contre-pied de l’ancienne éducation, n’est-ce pas transformer chaque établissement scolaire en république ?”

Cité dans L’Ecole de Jules Ferry, 1880-1905, de Xavier Darcos, Hachette, 2005.

Quand ou comment ?

Les débats enflammés d’aujourd’hui paraissent amnésiques de solutions qui pourtant étaient prometteuses. N’a-t-on pas sacrifié l’intérêt général au bénéfice de certains intérêts particuliers ? Écrivez en commentaire votre avis, tout en restant factuel bien sûr 😉

Il est triste aujourd’hui de constater après plusieurs décennies, que les principales réformes visibles dans l’enseignement sont des ajustements entre la semaine de 4 jours, ou la semaine de 5 jours, école le mercredi ou le samedi. Force est de constater, au regard de l’histoire, que le sujet se porte en surface sur le “quand” travailler ensemble plutôt que sur le “comment” travailler ensemble. Un océan dans lequel se noie la moindre quête de sens, laissant sombrer les enseignants, offrant aux élèves un horizon sans saveur.

enseignement à distance - Photo by NordWood Themes on Unsplash

Le monde a changé, les livres autrefois rares et précieusement gardés sont maintenant accessibles, mais également des vidéos, des podcasts, l’information n’a jamais été aussi disponible et le savoir si riche. Pour qui veux apprendre et choisit le bon guide, le mammouth est réellement devenu un éléphant de cirque.

Votre cerveau est formidable, vous êtes formidable.

Le monde change vite, oui, mais pas notre cerveau. Il répond et s’adapte à son environnement de la même façon que le faisait celui de nos ancêtres, les chasseurs-cueilleurs.

Un peu décevant à l’heure où l’on imagine que l’intelligence artificielle va révolutionner le monde, vous ne trouvez pas ?

Bien au contraire ! Cela permet de mieux le comprendre, de mieux se comprendre et d’apprendre de mieux en mieux !

fonctionnement du cerveau - Photo by Alexander Van Steenberge on Unsplash

Prenons l’exemple de l’anglais : pensez-vous qu’il est normal de faire 4 ans d’anglais à l’école, à raison de 2 heures par semaine et ne pas pouvoir tenir un conversation complète ? J’en parle dans l’article sur comment devenir développeur informatique. En entreprise, je ne compte plus le nombre de personnes qui demandent des formations en anglais, hors de prix, pour seulement 40 heures…

En étudiant les fonctionnements du cerveau, il s’est avéré que l’addition de plusieurs mécanismes favorisent l’apprentissage. Quelques exemples :

  • La répétition espacée
  • La récompense
  • Certaines musiques, ou rythmes
  • Le sommeil

Ce n’est pas par hasard que des applications mobiles (Duolingo, Babbel) utilisent ces mécanismes pour vous faire apprendre une langue vivante… La répétition, le jeu…

Autre astuce : en associant une émotion à un sujet que vous voulez mémoriser, vous allez ancrer plus facilement ce souvenir. Et votre mémoire a de la place ! Votre cerveau filtre les informations qui lui parviennent (sinon vous deviendriez fou !) mais des expériences ont montré qu’il enregistre tout depuis votre naissance. Comment s’en est-t-on rendu compte ?

Il existe des personnes rares, qui ont la capacité de ressortir n’importe quel détail, de n’importe quel instant de leur vie. Ce n’est pas un super pouvoir (dommage) mais ce serait un dysfonctionnement du “filtre” qu’applique notre cerveau… intéressant non ? 🙂

Vous avez sûrement regardé la série “Mentalist”. Patrick n’est pas magicien, ni sorcier, il fait en revanche preuve d’un grand sens de l’observation et utilise des techniques de mémorisation. Vous souvenez-vous de son fameux “palais mémoriel” ?

Lorsqu’il veut mémoriser une information, il imagine un palais, puis des pièces, il les visualise et en ouvre une, là il décide d’y mettre l’information pour la retrouver plus tard… ajoutez y une émotion et vous avez dans votre poche des clefs en or…

Intéressant également quand on sait que ce principe est utilisé en informatique pour retrouver rapidement une information : ce sont les “index” dans une base de données. On recherche les index plutôt que dans toutes les informations brutes, un peu comme les portes dans le palais de Patrick…

Le puits du savoir, le prix de la liberté

Connaissez-vous le dilemme du puits ? Que choisir entre quelqu’un qui vous apporte une bouteille d’eau par jour, ou bien apprendre à aller puiser de l’eau dans le puits qui se trouve à 2 km à pied ?

Vous l’avez compris, un des deux choix vous rend plus libre, mais pas à n’importe quel prix. Il en va de même dans la notion d’apprendre à apprendre.

puits de connaissance - Photo by Eric Muhr on Unsplash

On l’a vu, la compréhension du fonctionnement du cerveau est un atout pour mieux apprendre, mais il faut l’entraîner. Manger cinq fruits et légumes par jour, bien dormir et faire du sport ne suffit pas…

Bonne nouvelle tout n’est pas forcément difficile ! Vous êtes naturellement curieux et joueur. Comment je le sais ? Parce que tous les enfants le sont, c’est en grandissant que les barrières limitantes apparaissent et c’est bien dommage ! La curiosité, l’apprentissage par le jeu et les erreurs / essais sont le fondement d’un apprentissage de qualité. Ce n’est pas propre aux enfants, mais à l’être humain, là encore il apparaît que notre cerveau s’adapte avec le temps, et que le fait de vieillir n’est pas synonyme de perte de mémoire, au contraire… encore une croyance limitante… vous n’en avez pas assez de ces croyances limitantes ?

Faites des erreurs, agissez !

Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas d’erreurs, et la seule chose qui vous sépare de vos rêves est l’action, alors, prêt à vous tromper ?

savoir faire des erreurs - Photo by Eric Muhr on Unsplash

Bravo ! Car vous l’avez compris, apprendre Wikipedia ne fera pas de vous une personne exceptionnelle, quand chacun peu le consulter depuis son smartphone. Trouver la bonne information, l’information juste à un moment donné, utile pour la tâche à réaliser fait partie des évolutions nécessaires dans notre façon d’appréhender les enjeux à venir.

Apprendre à coder n’échappe pas à la règle, bien au contraire. L’apprentissage du code se fait par découverte, initiée par une curiosité, dans un processus d’erreur constant. Qu’est-ce qu’un “bug” informatique sinon une erreur qui va être corrigée, et dont on aura tiré un enseignement pour ne pas la reproduire (et ainsi progresser) ?

Dans une pause café, je parle de “la petite histoire du développement“, que de changements en si peu de temps, j’ai moi-même appris des technologies qui aujourd’hui n’existent plus…

Rassurez-vous, rien n’est perdu. Il y a l’apprentissage des technologies, qui naissent et meurent, mais il y a également les fondamentaux, qui eux vous accompagneront pendant longtemps. Et c’est là qu’apprendre à apprendre prend tout sons sens.

Si vous maîtrisez les fondamentaux, les principes plutôt que les méthodes, vous serez capables non seulement d’apprendre de nouvelles technologies rapidement, mais également créer vos propres méthodes, voir de nouvelles technologies…

À vous de jouer !

Lorsqu’on veut apprendre à coder, on se pose souvent cette question : Quel langage de programmation choisir en premier ? Intéressant quand cela sous entend qu’il y en aura d’autres, et bien plus que ça, les métiers du numérique ont par définition cette nécessitée première : Apprendre à apprendre.

Au travers de cet article, on pourrait ressortir les conseils suivant :

  • N’attendez pas que ce soit l’éducation nationale qui vous forme, pôle emploi ou la prochaine formation interne. Vous êtes acteur, ce qui est par définition incompatible avec l’attente. Pour l’enfant, le jeu est un moteur d’apprentissage, imaginez un but, un objectif ludique où l’application de votre apprentissage vous permettra de vous amusez. Envie de planter des légumes ? Formez-vous pour installer une serre et automatisez son arrosage en apprenant à coder !
  • Intéressez-vous aux études sur le cerveau pour le comprendre, et vous permettre avec moins d’effort d’apprendre plus rapidement, plus facilement et avec plaisir
  • Ne vous laissez pas enfermer par vos croyances limitantes (ou ne vous enfermez pas tout seul), accueillez l’échec comme l’étape précédant le succès. Savez-vous quelle est la différence entre un amateur et un professionnel ? C’est l’expérience. C’est-à-dire le nombre de fois qu’un amateur a échoué pour devenir un professionnel.
  • Soyez curieux ! 🙂

Et pour le dernier conseil, sachez vous entourer des personnes qui vous feront gagner du temps, car faire des erreurs c’est important, profiter de celles des autres l’est tout autant !

Envie de devenir développeur, en CDI, Freelance ? A temps plein, comme complément de revenu ou bien simplement pour vous amuser ? Le monde est à vous ! Laissez un commentaire en bas de l’article, c’est avec plaisir que j’y répondrai. 🙂

coder - Photo by Steve Halama on Unsplash

📖 Inscrivez-vous à la newsletter ainsi qu’a 📹 la chaîne Youtube pour ne rien rater de cette belle aventure qu’est “coder pour changer de vie“.

A bientôt,

Nicolas.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Cet article a 4 commentaires

  1. Cécile Evezi

    Bonjour Nicolas
    Merci beaucoup pour ton article qui est très intéressant et pertinent.
    J’ai compris que apprendre ça s’apprend…
    Je suis plus que jamais motivé mais pour l’instant je suis comme devant une porte que je dois ouvrir et je ne sais pas comment faire pour l’ouvrir…

  2. Bonjour Cécile et merci pour ton commentaire.

    Je comprends ton questionnement, j’ai eu le même… et bonne nouvelle, tu as l’essentiel pour réussir, être motivé 🙂
    Je me permets de t’envoyer un message en privé pour, si tu le souhaites, voir avec toi quelles sont les clefs nécessaires pour ouvrir cette porte en fonction de tes projets, tes attentes.

    Belle journée,
    Nicolas.

Laisser un commentaire