Les 3 ERREURS à ne pas commettre pour devenir développeur et en vivre

3 erreurs ne pas commettre pour devenir développeur et en vivre

Dans la continuité de l’article “Les 5 secrets des développeurs astucieux que l’on recrute” qui vous donnent des clefs pour faire partie des développeurs que l’on recrute, nous allons voir maintenant quelles sont les erreurs principales à ne pas commettre pour devenir développeur et en vivre.

Mais juste avant, prenons quelques instants afin que je vous partage les réponses aux questions qui ont été posées dans le cadre du programme “Vivre du Code” ainsi que les témoignages des membres qui ont déjà rejoint le programme.

Je vous dévoilerai également son prix.

Sachez que j’ai également préparé des bonus en complément du programme.

Cliquez sur la vidéo pour débuter la lecture :


Si vous souhaitez dès maintenant avoir les détails sur Vivre du Code, je vous invité à cliquer sur le lien situé en dessous de la flèche rouge, tout en bas de l’article.

Et pour vous remercier d’avoir suivi la série de vidéos disponibles dans les articles précédents, voici en bonus 3 conseils : les 3 erreurs à éviter pour devenir développeur et en vivre !

Erreur 1 : croire que développeur est un métier comme un autre

Développeur un métier pas comme les autres - Abstract vector created by pikisuperstar

Chaque métier est différent, c’est une évidence

Mais,

Le schéma classique se produit lorsque arrive le moment de changer de métier :

  • Trouver ce qui nous plaît
  • Trouver un organisme de formation
  • Trouver les budgets
  • Trouver le courage de se lancer 🙂

Jusque là, tout va bien.

Tout va bien pour la plupart des métiers comme par exemple l’artisanat :

Si l’on souhaite devenir cuisinier, pâtissier, plaquiste, plombier, charpentier, coiffeur, etc….

Il y a de grandes chances que ce métier se pratique de la même façon dans 10 ans.

Bien sûr il est possible de sublimer son art et de réinventer des façons de faire, de nouvelles créations, 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Salaire développeur web / mobile / front end / back end / full stack (et impact COVID)

mais,

fondamentalement, le métier est acquis, il ne manque que la pratique.

Le métier de développeur est en cela différent qu’il n’existait pas il y a quelques décennies, et qu’il est rythmé par des progrès constants.

C’est une des raisons pour lesquelles certains disent que le métier de développeur contient beaucoup de recherches, en réalité, une part importante est consacrée à la veille technologique pour garder son niveau d’employabilité car les mouvements technologiques précèdent les mouvements d’emplois.

Malheureusement, ce point est souvent sous-estimé.

Il est peu (voir pas) évoqué par les organismes de formation (ou avec une image fausse).

Il existe des méthodes, des choix à faire et des techniques pour justement intégrer ce fonctionnement au quotidien, plutôt que de passer ses soirs et week-end à courir sans fin.

J’ai mis du temps à maîtriser ce point, et il sera également abordé dans Vivre du Code. 

Erreur 2 : penser que le diplôme fait le rôle (et le travail)

développeur, les compétences plus que les diplômes - Abstract vector created by vectorjuice

Personnellement, je ne me ferais pas opérer par un chirurgien qui n’a pas de diplôme, mais encore moins avec quelqu’un qui ne s’est pas entraîné avant, sans expérience.

Il est normal que les diplômes soient demandés, mais contrairement à la médecine, il n’est pas obligatoire d’avoir un diplôme pour pratiquer, bien heureusement.

C’est justement un métier où les élites n’ont pas leur place, car finalement ce sont les compétences qui font la différence sur le terrain, ou bien les moments de solitudes et de stress pour ceux qui ne les ont pas.

Il m’est arrivé de voir des ingénieurs en informatique, mettre une énergie folle à devenir chef de projet car ils ont vite compris que leurs compétences n’étaient pas au rendez-vous.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  LIVE - Paroles de PROS

Quelles compétences ? Celles qui font qu’un projet de développement vendu 100 jours / homme (environ 50 000€) ne se transforme pas en projet qui coûte 150 000€ (+ tribunal)…

Si vous voyez ce que je veux dire…

Parfois certains enseignants arrivent à convaincre des élèves brillants qu’ils font partie d’une élite, ce n’est pas leur rendre service.

j’aimerai être le seul à dire ça, pourtant Agnès Crepet ne fait qu’appuyer bien plus fort sur ce sujet.

Pour en juger je vous invite à consulter son interview (la vidéo est dans l’article) et pour compléter le sujet, je continue plus bas dans l’article en réponse à une question posée sur Vivre du Code.

Erreur 3 : sous estimer sa courbe d’apprentissage… et de chiffrage

développeur, estimer le chiffrage des applications - Calendar vector created by pch.vector

Combien de temps faut-il pour coder une application ?

Les métiers du développement sont assez proches en plusieurs points des métiers du bâtiment.

Nous avons des architectes, des urbanistes, des ingénieurs, etc…

Il est commun pour tout le monde de demander, lorsqu’on souhaite faire construire sa maison, combien de temps est nécessaire pour réaliser l’ouvrage.

Ces types de métiers sont tellement proches, que l’on pourrait dire que les retards de chantiers dans le bâtiment sont aussi fréquents que dans le développement logiciel (pour des raisons différentes) 🙂

Une différence importante est cependant à noter : le temps d’apprentissage (dont je parle plus haut dans l’article).

Et c’est une erreur classique lorsque l’on répond à la question : Combien de temps faut-il pour coder une application ?

Souvent, le temps de réalisation est chiffré uniquement, en pratique, il y aura besoin d’un temps incompressible de formation, propre à chaque développeur et difficilement mesurable.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  OpenClassrooms, quelle valeur sur le marché du travail (titre RNCP) ?

Définir le temps nécessaire pour développer une fonctionnalité peut être une chose difficile.

Cela dépend du niveau de connaissance et de maîtrise dans les technologies, mais également des problèmes que l’on va rencontrer (généralement inversement proportionnels notre niveau de maîtrise)… et le temps pour les résoudre, parfois seul.

Et comme les chiffrages sont souvent faits en amont sans connaître l’équipe qui va travailler sur le projet lors de la réalisation, la marge d’incertitude peut être grande, très grande !

La première conséquence est le retard qui se cumule sur les projets, cela peut continuer par un stress montant voir des situations dangereuses (car la pression grandit doucement).

Heureusement il existe des techniques et des méthodes pour anticiper et gérer ces situations, elles seront également abordées dans Vivre du Code.

J’ai vu la vidéo avec les réponses aux questions et les témoignages des membres, comment faire pour s’inscrire ?

Vous pouvez consulter les détails de l’offre en cliquant sur le lien ci-dessous :

Cliquez ici pour consulter les détails de l’offre du programme Vivre du Code

Merci d’avoir été avec moi, les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 12 octobre à minuit (en suivant le lien), on se retrouve de l’autre côté où je vous donnerai le programme pour faire partie des développeurs astucieux que l’on recrute !

Prochains articles et conseils

Vous êtes libres de recevoir les prochains article et conseils en vous inscrivant à la newsletter (sans spam, je n'aime pas ça non plus).

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}