Agnes Crepet : développeuse à impact positif

Devenir développeuse, développeur dans un milieu diversifié, éthique avec un fort impact environnemental et sociétal, est-ce possible ? Comment résumer le parcours d’Agnès qui est bien plus que cela… diplômée d’une grande école, elle y a également enseigné en expliquant aux élèves que la compétence est bien plus importante que les diplômes, pour les préparer au monde réel qui les attend plutôt que de les convaincre qu’ils sont l’élite de la nation, joli parti pris…

La vidéo complète de l’interview est disponible en bas de l’article et le podcast en haut, bonne lecture 🙂

De médecin légiste à développeuse

Que vouliez-vous faire comme métier quand vous aviez 10 ans ? J’imagine que la réponse a évolué avec le temps 🙂

logiciel de médecine

À 10 ans, je m’en souviens comme si c’était hier : je voulais devenir réparateur de télévision. À la maison nous avions des télévisions d’occasion qui tombaient souvent en panne, elles tenaient le plus longtemps possible, se faisaient réparer jusqu’au moment où le cimetière médiatique leur ouvrait grand les portes. Peut-être avez-vous connu cette époque ou l’électroménager était construit pour durer, car la fiabilité était encore un argument de vente…

Je me souviens passant la porte “du réparateur de télé” avec mon père. Plusieurs d’entre elles attendaient sur des étagères. Certaines, à cœur ouvert, laissaient entrevoir des cartes électroniques pleines de mystères. Cette technologie à l’état brut développait déjà l’imaginaire de l’enfant de 10 que j’étais, me berçant dans le rêve de futurs créations. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi un bac technologique en électronique (STI EL)… mais quel rapport avec le médecin légiste ?

Eh bien à 10 ans, Agnès rêvait de devenir médecin légiste. C’est à l’âge de 18 ans, qu’elle choisira une voie différente, aidée dans son choix par la liste des diplômes en médecine à obtenir, à elle seule épuisante et démotivante. En contradiction avec son envie de découvrir le monde…

Un parcours riche de sens

Imaginez : vous êtes déjà en possession d’un diplôme en sciences cognitives et intelligence artificielle au moment où vous obtenez votre master à l’école des mines, spécialisé en ingénierie logicielle, tout cela avec les honneurs.

diplômes en informatique - Caleb Woods on Unsplash

Quel belle avenir s’ouvre devant vous ! Les places vous attendent, elles sont faites pour vous car vous le méritez. Eh bien non ! C’est justement le contraire que prône Agnès !

Avec bientôt 20 ans d’expérience et une solide base universitaire, elle affirme en toute légitimité que les compétences sont plus importantes que les diplômes en IT, nous y reviendrons…

À la suite de ses diplômes, les expériences se succèdent : Sociétés de services, d’édition bancaire, laboratoire pharmaceutique, communautés de développeurs, conférencière…

Après 10 ans d’expérience en entreprise, quelle meilleure expérience pour développer l’éthique et la diversité dans la tech que de faire un tour du monde à la rencontre des développeurs ?

Tour du monde à la rencontre des développeuses et développeurs

En 2012, Agnes devient “Java Champion” (leader de la communauté Java). Ayant participé à des JUG (Java User Group), conférence centrée autour des technologies Java, c’est tout naturellement qu’elle et son copain (devenu mari depuis) se sont tournés vers cette communauté Java lorsqu’ils ont entamé leur tour du monde, à la rencontre des développeurs et développeuses.

Oratio, responsable du Java User Group au Togo a été le premier à les accueillir dans leur périple. L’aventure qu’ils vont vivre, ou delà des rencontres aussi improbables qu’incroyables va leur permettre de lier des amitiés fortes, mais également leur offrir une prise de recul privilégiée, qui les motivera à fonder la société ninja squad à leur retour.

tour du monde des développeurs - Silas Baisch on Unsplash

En effet, comment de pas être humble devant la motivation démesurée des Togolais, prêt à faire 3 jours de déplacements, couteux, pour assister à une prise de parole sur les design patterns et Java ?

Comment ne pas être admiratif devant ces deux filles en Indonésie, qui après avoir fini leurs études, travaillaient en montant une startup en parallèle, avec 3 heures de transports par jour ?

Pourquoi admiratif ? Eh bien parce que les 3 heures de transports ne sont pas liés uniquement aux moyens de transport, mais au fait que Jakarta ne soit pas ville le plus sûr du monde et qu’au-delà de ces défis quotidiens, pendant leur mois de congés, elles sillonnent l’île de Java pour apprendre aux enfants à coder, et tout ça, en scooter… Peut-être vous posez-vous aussi cette question : ont-elles enseigné du Java sur l’île de Java ? J’adore cette idée !!

Agnès a été inspirée et a revu sa notion des risques, il était alors évident pour elle et son mari que l’aventure devait continuer de façon différente, en créant une entreprise aux valeurs différentes, Ninja squad était née…

Responsable IT chez Fairphone mais pas que…

Comment donner du sens à son travail, dans l’IT, de façon éthique tout en ayant un fort impact environnemental ? Et si travailler chez Fairphone au Danemark était une piste à exploiter ?

C’est la réflexion qui a mené Agnès à s’installer au Danemark pour rejoindre les équipes de Fairphone ou elle partage sont temps entre la gestion des systèmes d’information de l’entreprise et participation aux développements logiciels qui luttent contre l’obsolescence programmée.

fairphone

La société Fairphone propose des téléphones Android durables en prenant le relais des constructeurs et éditeurs quand ces derniers décident d’abandonner les mises à jour, parfois un peu rapidement…

Comment lutter contre l’obsolescence programmée quand on est développeur ?

N’avez-vous jamais eu ce sentiment d’avoir la main un peu forcée lors du renouvellement de votre téléphone ? Pourquoi devoir acheter le modèle le plus récent pour profiter de la dernière version d’Android alors que votre ordinateur lui se met à jour. En comparaison, Windows XP a eu une durée de 12 ans, 5 mois et 5 jours

développeur écologique - James Harrison on Unsplash

Les équipes de Fairphone œuvrent justement à assurer une durée de vie plus longue en servant de trait d’union entre le matériel (les fabricants de puces) et les logiciels (Android) grâce notamment à leur travail sur une couche logicielle précise, la HAL pour Hardware Abstraction Layer. Ainsi, les adaptations restent possibles pour assurer la compatibilité entre le matériel et les logiciels et ce, même si tout le code source n’est pas totalement accessible (comme pour les puces matérielles propriétaires).

Un bien beau projet à forte valeur sociétale et environnementale !

La place des femmes dans l’IT, que dire ?

Beaucoup ! Agnès souligne les avantages des métiers du numérique, pas que pour les femmes bien sûr, quand il s’agit de liberté et d’opportunités de travail, du moment que l’on a une connexion internet et les compétences. Il est plus facile que d’en d’autres domaines de passer les crises, même si par moment l’intérêt des sujets peut varier.

Une remarque pertinente souvent sous estimée (c’était mon cas) est que la place des femmes dans l’IT dans les pays occidentaux est bien plus faible en proportion que dans les autres régions : Indonésie, Maghreb, Afrique voilà quelques exemples où les femmes sont bien plus représentées dans les métiers du numérique. Voyager permet en effet de lutter contre les idées reçues… merci Agnès !

Il existe plusieurs associations qui permettent d’échanger sur ces sujets comme Duchesse France dont Agnès fait parti, également GirlsInWeb qui peuvent aider les filles qui débutent, soit dans un parcours initial, soit en reconversion.

les femmes dans la tech - Christina @ wocintechchat.com

Ces beaux métiers permettent d’exprimer beaucoup de créativité, de profiter d’autonomie, des éléments “chouettes à atteindre” comme nous le partage Agnès. En complément vous pouvez également retrouver l’interview d’Estelle Landry qui fait également parti de l’association Duchess France.

Les compétences plus que les diplômes, oui, oui, oui et oui !

“En France on est très focalisé sur le diplôme, ce qui à mon avis est une belle connerie, je dis pas que c’est grave de faire des diplômes, je dis juste que c’est pas suffisant […] on devrait être jugé sur la compétence.”

En passant son entretien d’embauche chez Fairphone, personne n’a demandé à Agnès ses diplômes. Même si les tests à l’embauche sont plus exigeants, elle reste persuadée que c’est la méthode la plus vertueuse pour sélectionner les bons profils, ceux qui mettront leurs compétences au service de l’entreprise plutôt que leurs diplômes.

compétences en infromatique - Quino Al on Unsplash

D’ailleurs, au moment de l’interview, Agnès doit recruter un “Junior” de 20 ans pour rejoindre l’équipe qui lutte contre l’obsolescence programmée. Pourquoi si jeune ? Car à 20 ans, cela fait déjà 10 ans qu’il code et qu’il est un contributeur actif de Fairphone sans être salarié via la réalisation de code OpenSource…

“C’est quelqu’un de très compétent, de très investi et c’est ça qu’on juge”

Un exemple isolé ? Eh bien non car un autre collègue, administrateur système n’a pas de diplôme en informatique, c’est “juste quelqu’un de brillant qui s’est formé tout seul“…

Que dire de ces exemples ou comment les rendre plus visibles afin qu’ils deviennent la norme en France ? Qu’en pensez-vous ? Mettez votre avis en commentaire en bas de cet article, ce sujet est plus qu’intéressant…

Les convictions et l’engagement d’Agnès vont plus loin en faisant du bénévolat pour “Forward Incubator” qui aide les réfugiés à monter leur activités. Ce n’est pas anodin quand elle nous dit “Heureusement qu’il sont là [au Danemark] et pas en France…

À votre avis, comment faire bouger les lignes ?

carrière développeur - Sam Poullain on Unsplash

Pour avoir bossé 3 ans dans une école d’ingé, j’ai vu aussi ça de l’intérieur… le système de prépas je trouve ça débile. Les personnes passent deux ans à bosser comme des cons, ils en sortent, ils sont épuisés, ils estiment qu’il faut qu’ils aient leur diplôme d’ingé donc ils branlent plus rien à l’école… je caricature mais c’est un peu vrai…

Il faut qu’on change en France, que les élites tombent de leur pied d’estale

J’ai fini mais études aux mines, j’avais exactement ce discours de gens qui disaient […] “vous êtes l’élite de le France”. C’est des conneries.

Que dire de plus ? Qu’en pensez-vous ? Je vous invite à regarder l’interview complète en vidéo en bas de l’article pour suivre ces réflexions pragmatiques et pleines de sens, que je partage totalement.

Évolution de carrière en restant technique, c’est possible et indispensable !

Lorsque j’ai demandé à Agnès si elle avait un message à faire passer, sa réponse s’est orientée sur un sujet important : celui de l’évolution de carrière, qui ne doit pas obligatoirement évoluer vers le management au détriment de la technique.

Si vous avez l’envie de rester technique en évoluant, c’est possible de le rester parce qu’il y a des sociétés qui le permettent.

C’est possible de rester Tech longtemps, le management c’est absolument pas la voie royale, si vous avez envie de rester là-dedans il y a des gens qui sont preneurs de ça.

Un développeur ou une développeuse qui a de l’expérience c’est rare et on en a besoin, pour faire des produits qui marchent !

développeur sénior - Brooke Lark on Unsplash

Je rejoins également Agnès dans cette direction, ça vaut le peine de persévérer dans ce que l’on aime faire, c’est une valeur énorme qui n’attend que le bon cadre pour s’exprimer, aujourd’hui comme demain !

Et vous ?

Qu’avez-vous pensé de cette interview ? Personnellement, dès la fin de l’échange j’étais heureux et impatient de pouvoir vous l’exposer car à titre personnel, c’est un message que j’aurais souhaité recevoir il y a plusieurs années déjà. Donc Agnès, un grand merci !

Partagez en commentaire votre avis (en bas de l’article) Partagez également cet article, Inscrivez-vous à la newsletter pour continuer à suivre l’aventure de “Coder pour changer de vie” et abonnez-vous à la chaîne YouTube pour être notifié de la sortie des dernières vidéos !

A très vite !

Nicolas.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Vous êtes libre de recevoir "Guide d'un ami pour démarrer une carrière de développeur en 6 étapes"

Recevez mon guide pour développeurs & mes conseils

Recevez mon guide pour développeurs & mes conseils