Jean-Pierre : de la rue à référent pour IBM Europe

Jean-Pierre : de la rue à référent pour IBM Europe

C’est possible sans avoir de diplôme !

Il est 14H. Je m’apprête à rencontrer Jean-Pierre pour la première fois, sans savoir que les 3 prochaines heures vont me bouleverser au point de prendre plusieurs décisions, dont celle de porter son message :

C’est possible, c’est possible…c’est po…ssible“.

Gavroche, cracheur de feu puis c’est la rue pendant 10 ans…

La cave” comme il l’appelle, c’est là où il a dormi, là où il a failli mourir. Pas besoin d’en dire plus pour imaginer ces 10 années difficiles, que tout le monde pense comprendre mais dont peu peuvent parler la tête haute. C’est pourtant comme cela que Jean-Pierre partage son histoire, avec une gentillesse folle et une humanité à faire vibrer la moindre émotion.

Il a retrouvé peu à peu la lumière grâce à des mains tendues mais surtout une envie d’apprendre qu’il a rencontré un peu par hasard, et qui ne l’a plus quittée. Porteur d’espoir, personnage “original” comme il se décrit (original au sens “être à l’origine de“), c’est avec le cœur que je vous partage le parcours d’un grand Monsieur.

Les débuts en entreprise et les débuts de l’informatique

Nous sommes en 1977, le métier de déliasseur est celui par lequel Jean-Pierre débute. Il enlevait les “bandes caroll” pour préparer les impressions des systèmes de facturation (mais pas que !), il poussait les chariots, à hauteur de 3 tonnes de carton par semaine…

C’est après avoir demandé du travail “en plus” à son chef de service pour “aider” que ce dernier a dévalé les escaliers (pour vérifier le travail réalisé) et remonté aussi sec la rambarde pour dire à Jean-Pierre qu’il est confirmé à son poste !

Des vacances qui changent une vie !

Un livre et une cassette audio, c’est avec ce bagage qu’il part en vacances, poussé d’un œil bienveillant par le responsable du service informatique, se demandant si…il allait comprendre !

2 à 3 heures par jour Jean-Pierre apprenait les bases de l’informatique en se laissant porter, page par page, sans savoir où tout cela allait pouvoir le mener.

A son retour de congés, après une discussion à peine masquée devant lui, ses collègues de travail prennent une décision : “on ne peut pas le laisser comme ça“. Le responsable, “Enarque”, s’engage même en disant “Je jouerai de tout mon poids”. Et c’est ainsi que Jean-Pierre bénéficie d’un cursus de formation complet, payé par l’entreprise, une chance qui a changé sa vie.

C’est un gars, qui si il y a un problème, il va résoudre le problème, il va être dans son bocal et la solution ce sera la meilleure solution“.

Ces mots prononcés par son formateur ont permis à Jean-Pierre de vivre “la grande ouverture” tout simplement…parce qu’on lui a fait confiance.

Tel un saumon, à contre-courant

Par la suite, après avoir formé des personnes qui gagnaient 3 à 4 fois son salaire, Jean-Pierre cherche à transiter dans une autre société, mais il fallait passer l’étape de l’entretien où un examen l’attendait. Deux boites énormes de papier, représentant des programmes informatiques dans lequel il y avait une erreur à trouver.

Le problème est expliqué à tous les candidats (une dizaine des personnes ayant fait des grandes écoles) et l’examen débute.

2 minutes après, Jean-Pierre interpelle les surveillants stupéfaits, en disant “j’ai trouvé, c’est tout con votre truc“, et là : “chut, on ne dit rien” !

Et c’est ainsi qu’il obtint le poste, alors que les autres ont passé 8 heures à se tordre l’esprit. La vision, l’approche différente d’une personne vue comme originale à fait la différence, car “c’était exactement ce qu’ils cherchaient” ! Bravo Jean-Pierre !

Chaque année il avait la chance de pouvoir bénéficier des “recyclages” et accéder à des environnements et des architectures auxquels il rend aujourd’hui un hommage : “à tout ceux qui ont participé à la construction de ces machines, car ils ont fait fort quand même“… comme il le dit :

l’informatique ça t’apprend une chose, c’est qu’il faut être très simple. Simple ça veut pas dire du tout facile, ça n’a rien à voir, on peut coder pour que ça fonctionne, mais c’est une vraie cagasse ! Mais rester simple c’est pas facile“.

Bug et arrêt de la production IBM !

Jean-Pierre travaille alors dans une société où le pire arrive pour un fabricant de matériel à l’époque : un bug qui a échappé aux tests et des machines livrées chez les clients… IBM est dépêché directement chez le client, pilotée par une responsable du constructeur, “une cador cette femme” comme dit Jean-Pierre.

C’est sérieux et tout le monde est à la recherche du Bug, de la solution. L’état de crise est déclaré. C’est dans cette atmosphère que Jean-Pierre est prié de quitter la pièce pour laisser les spécialistes avancer, alors qu’il voulait juste aider, car il avait le sentiment d’avoir trouvé une piste… il s’exécute, déçu mais laissant faire les sachants…

C’est avec surprise qu’il voit ensuite se présenter la responsable IBM : “Il paraît que vous avez trouvé la solution ? Je viens de parler à votre direction…

et Jean-Pierre répond : “oui, j’ai essayé d’expliquer, ils m’ont dit que je devais pas être avec eux…

Elle termine par : “Ah ça c’est passé comme ça, je reviens…”

Après de plates excuses, Jean-Pierre explique sa démarche…et le moment magique s’installe : le gars, il a raison, ça se trouve là, on a la réponse.

A partir de là, toutes les portes se sont ouvertes chez IBM, une voie royale a été tracée jusqu’à la retraite…

Des Hommes, pour les Hommes

Ce n’est pas sans gène que Jean-Pierre remercie aujourd’hui les Hommes qui l’ont aidé dans son parcours, car fait incroyable en entreprise, il a connu l’expérience de devenir “chef de ses chefs”…

Ceux qui l’ont recruté ont su transmettre et accompagner sans jamais l’empêcher de s’exprimer, ils lui ont montré la voie et fait gagner du temps, le temps de l’expérience. Là où d’autres auraient mis une chape de plomb en lui demandant de rester à sa place, eux ont su le laisser libre…

Les Hommes étaient là pour m’aider, les Hommes m’ont ouvert la porte. Ils ont été vraiment présents et ont participé à tout ce que j’ai fait, ils en sont aussi responsables, je suis pas tout seul“.

Quel beau message posé sur ce parcours…

L’AS/400

C’était révolutionnaire […] cette machine elle avait 40 ans d’avance“…et c’est vrai que dans le monde informatique, cette référence parle à beaucoup…

Un nouveau terrain de jeu pour Jean-Pierre où son esprit et sa créativité avaient libre court, au point qu’après quelques semaines de réflexions, il écrit en 72 heures 3 modules qui “émulent” 2500 programmes…

Pour en savoir un peu plus sur le monde merveilleux d’IBM et les pionniers, vous pouvez retrouver un ensemble de photos et un bon article ici < (s’ouvre dans un nouvel onglet)">> ici <

C’est comme si je lisais le journal …!

C’est ce que mes anciens, les gens que j’ai rencontré, mon légué et donné, et c’est à eux que je le dois, d’être structuré. Car lorsque que vous êtes structuré, tout le monde peut vous comprendre“.

C’est important au point qu’en montrant son travail à des chefs de projets qui n’étaient pas dans le code, ceux ci ont dit : C’est comme si on lisait le journal avec toi. Ils se sont intéressés au code, car là, ils comprenaient…

C’est faisable sans avoir de diplôme

C’est le message que souhaite nous transmettre Jean-Pierre. C’est faisable mais il ne faut pas lâcher. Informaticien c’est un vrai métier, c’est de l’art fait par des artisans.

Suivant comme vous êtes investi dans votre métier, vous allez apprendre plein de choses“.

Conclusion

Merci ! C’est ce que je souhaite écrire à Jean-Pierre, pour ce parcours qu’il partage, cette envie de vivre le “tout est possible” et l’inspiration qu’il procure. Partagez cet article, la vidéo, ce message pour faire grandir d’autres personnes autour de vous et leur apporter de belles choses, du plaisir et leur montrer que tout est possible !

Inscrivez-vous à la newsletter, abonnez-vous à la chaîne Youtube et pour laisser le mot de la fin à Jean-Pierre :

Tu m’as fait confiance, c’est quelque chose d’important. C’est ce qu’il manque dans la vie de tous les jours, la confiance des uns envers les autres“.

Version longue de l’interview :

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Cet article a 2 commentaires

  1. Sam

    Juste génial ! Je vais me prendre le temps pour regarder la version longue 🙂
    C’est bien d’avoir ce genre de portrait, personnellement ça me parle beaucoup.
    Merci à vous deux.

    1. Merci Sam, c’est avec plaisir ! Passe un bon moment et partage à ton tour, le bonheur est la seule chose qui double quand on la partage 😉

Laisser un commentaire