Louis, CTO et Architecte logiciel

De chimiste à architecte logiciel

Comment passer de développeur à architecte logiciel ? Certains comme Louis sont passé de chimiste à architecte et également CTO. Mais comment ?

Dans cette interview, Louis nous partage son retour d’expérience sur sa reconversion, ses conseils mais également les moments forts où le faire savoir est devenu pour lui l’une des plus belles choses : un moyen de transmettre et de susciter des vocations…

Vous retrouverez en bas de cet article la vidéo complète de l’interview et en haut le podcast ! Bonne lecture !

architecte logiciel

Un parcours inattendu… pas tant que ça en fait !

Très tôt, très jeune, Louis a la chance d’avoir un ordinateur à la maison où il peut s’exercer sur ses premières lignes code. C’était un Atari.

À l’époque pas d’internet mais déjà la possibilité de “fabriquer ses propres jeux” grâce à la programmation, un univers lointain pour ses parents qui voient leur enfant déjà passer beaucoup de temps devant son écran (trop ?), passionnément…

Un loisir, un plaisir qui l’accompagnera jusqu’a en faire son métier, et pourtant…

Devenir architecte logiciel

La “physique-chimie” est courante dans l’enseignement, l’informatique mais surtout les métiers qui la composent l’étaient beaucoup moins, bien sûr, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans…

développeur informatique - Photo by Louis Reed on Unsplash

Lors de la pratique de la chimie, Louis a dû travailler sur des mesures statistiques issues de photos, et pour ça, il a dû mettre (remettre) les mains dans le code, à son plus grand bonheur car lui est venu la fameuse question du “pourquoi” et dans son cas du “qu’est ce qui m’intéresse le plus dans ce que je fais…

Le rôle d’architecte

Lorsqu’on est développeur, devenir architecte peut être le saint Graal, pas tant pour le titre que pour le plaisir de pouvoir étudier, choisir et proposer les technologies qui vont être implémentés dans les projets.

Martin Fowler fait parti de ceux qui l’ont inspiré et montré la voie, mais il manquait un élément à Louis pour devenir architecte, les “galons” comme il les appelle, c’est-à-dire les diplômes.

C’est ainsi qu’il entame une reconversion en cours du soir comme ingénieur en informatique, via le CNAM

Architecte logiciel cherchant une solution - Photo by Road Trip with Raj on Unsplash

Parfois sur-estimé, parfois sous estimé, il existe plusieurs types d’architectes avec des rôles et responsabilités qui peuvent (ou pas) correspondre à certaines personnes.

Bonne nouvelle, ce rôle a beaucoup évolué et aujourd’hui il n’est pas rare que des aspects du métier d’architecte soient confiés à des développeurs, d’autant plus que ce sont eux qui vont implémenter les solutions !

Attention toutefois, comme le disait très justement Spiderman : avoir de grands pouvoir c’est avoir de grandes responsabilités 😉

Reconversion informatique, quels conseils ?

Tous les chemins sont possibles, certains sont plus faciles que d’autres…

Avoir les bons diplômes, suivre les bonnes formations permet de gagner du temps, ou prendre de l’avance suivant comment on voit les choses.

Le diplôme (ou gallon) indiquera que vous vous êtes intéressé au sujet, que vous avez appris sur le sujet et que vous savez apprendre.

Ceci étant dit, les cursus dit classiques, aussi pertinents soient-ils vont passer à côté de plusieurs sujets pourtant essentiels dans le métier de développeur.

L’importante de “bien coder”, le craftmanship et l’élégance que peut avoir le style de code, un peu à l’image d’un artisan qui maîtrise son art ne sont pas forcéments présents dans les cursus initiaux.

conseils pour devenir architecte logiciel - Photo by Scott Graham on Unsplash

Savoir travailler en équipe et ce dès la conception du code en le rendant lisible et accessible, prendre conscience de l’importance des tests, leur automatisation ainsi que la maîtrise des déploiements (notamment continus) sont autant d’éléments important qui font le quotidien des projets de développement.

Les certifications comme preuve ne suffisent pas sur le terrain, et beaucoup d’organismes de formation mettent l’accent sur par exemple l’apprentissage de plusieurs langage de programmation, sans aborder d’autres sujets qui font pourtant parti des facteurs de réussite ou d’échec des projets.

Louis nous conseille de s’autoriser plusieurs sources d’apprentissage : les projets bien sûr mais également les livres, les conférences, suivre des formations en ligne…

Il existe également les financements par pôle emploi mais également par les entreprise. Aujourd’hui plusieurs solutions sont envisageables, mais le plus important est de choisir celle qui correspond à votre parcours.

Code-moi un mouton

Existe-t-il des enseignements privilégies, une fracture numérique est-elle en train de se créer ? La réponse est oui.

Est-ce une fatalité ? la réponse est non.

Photo by Road Trip with Raj on UnsplashC’est en partant de ce postulat mais également avec l’envie de redonner et transmettre ce qu’il a eu la chance de recevoir que Louis à démarré le projet “code moi un mouton” au sein de sa société.

L’informatique c’est de la simple logique, tout le monde fait preuve de logique… un langage informatique est composé de peu de mots… il n’y a aucune barrière censée qui fait qu’on ne pourrait pas faire de l’informatique.

À quel moment, nos biais de réflexions, nos pensées limitantes nous ont figé l’image de ce que devait être un développeur ? C’est en répondant à cette question que Louis puis d’autre personnes ont mis en place des actions concrètes dans les écoles pour casser ces barrières infondées mais surtout prendre beaucoup de plaisir à transmettre en s’émerveillant les yeux pétillants des enfants qui essaient par eux-mêmes et qui réussissent, loin des clichés et des idées reçues.

zenika code moi un mouton

Que faire une fois ces moments passés, ces lumières brillantes allumées ? La réponse a été trouvée dans l’accompagnement des enseignants pour leur passé le relais grâce à leur participation pour ceux qui le souhaitent avec un ensemble d’outils et de méthodes disponibles sous la forme d’un kit, réplicable et utilisable, au service de tous.

L’informatique tout le monde peut en faire, c’est accessible, ça peut être ludique et il existe plein de métiers dans ces domaines-là

Faire carrière dans la filière technique ?

Jeune développeur c’est bien, développeur senior c’est tout aussi bien, à n’importe quel âge !

“Passé tel âge, si on a pas fait chef de projet on a raté sa carrière, raté sa vie presque”… heureusement, cela n’est pas vrai de partout… “on peut rester dans la partie technologique et grandir”

Il ne faut non plus se projeter dans une pyramide d’évolution à quinze étages, forcément, en montant dans la hiérarchie, le côté technique va diminuer au profit d’autres compétences, ce qui n’est pas forcément du goût de chacun.

On voit bien qu’il n’est pas souhaitable de courir après des titres spécifiques au risque d’être déçue si le technique et la pierre angulaire de ce qui vous anime, il existe plusieurs schémas dans lesquels on peut s’épanouir et grandir.

Il existes plusieurs environnements dans lesquels la technologie est reconnue. Les conférences, la participation à des projets (notamment open source) favorisent les rencontres et la découverte d’opportunités professionnelles techniques reconnues et appréciées.

Plusieurs formats sont accessibles, chez un client final, en indépendant, dans une startup, chez un éditeur, etc.

Pour évoluer, il faut suivre ses passions

Développeur, c’est large, faut-il s’orienter vers développeur web, ou autre… ?

Développeur web, data scientiste, dev/sec/ops, architecte logiciel ?

Les postes de “data scientiste”, bien que passionnants sont particulièrement basés à Paris, si vous souhaitez évoluer dans ce milieu c’est une tendance à prendre en compte. Bonne nouvelle, pour les autres disciplines, les opportunités sont disponibles partout !

Louis nous conseille de ne pas se mettre de limite, de frein. Il existe des moyens de les faire bouger et avant tout, ce qui doit vous motiver c’est votre ou vos envies !

carrière de développeur - Photo by Caleb Jones on Unsplash

Aimez-vous les interactions avec les utilisateurs ? Avoir un rendu rapide et visuellement constater l’avancement de votre travail ? Cherchez-vous à comprendre les masses d’information, ce qu’elles veulent dire et comment en retirer de la valeur utile ? Êtes-vous passionné par l’infrastructure, la magie de l’automatisation et le plaisir de voir des traitements s’orchestrer en musique “presque” tout seul ? Autant de spécialisations possibles dans le métier de développeur, et bien plus encore…

Faites ce qui vous plaît !

Faites-vous plaisir, encore et toujours, n’est-ce pas un des meilleurs conseil de réussite qui soit ? Ainsi vous pourrez apprendre et évoluer continuellement ce qui est un prérequis dans le métier de développeur, même avec 20 ans d’expérience.

Vous ne pourrez pas tout connaître et tout maîtriser, c’est une chance ! Celle de pouvoir choisir les spécialisations qui vous intéressent et continuellement évoluer, réaliser les projets qui vous motivent, qui vous font vibrer. C’est une des plus belles dimensions du métier de développeur… Qu’en pensez-vous ?

le bonheur du développeur - Photo by Jacqueline Munguía on Unsplash

Je tiens à remercier Louis pour ce moment passé ensemble et toute sa sagesse, retrouvez l’interview vidéo complète en bas de l’article et le podcast associé en haut.

Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre l’aventure de “Coder pour changer de vie” et abonnez-vous à la chaîne YouTube pour être notifié de la sortie des dernières vidéos !

À très vite !

Nicolas.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Vous êtes libre de recevoir "Guide d'un ami pour démarrer une carrière de développeur en 6 étapes"

Recevez mon guide pour développeurs & mes conseils

Recevez mon guide pour développeurs & mes conseils