Le monde des “Makers”

Le monde des “Makers”

Les Makers et la programmation : Iron Man !

Comment parler des Makers sans parler d’Iron Man ? J’espère que votre tasse à café est pleine, le sucre et la touillette (ou sans sucre), on est parti !

Iron Man est un peu au monde des Makers ce que Sébastien Chabal est au Rugby ou bien le commandant Cousteau aux océans : une icône. N’allez cependant pas confondre Tony Stark et le commandant Cousteau. Même si ils ont du rouge en commun, le bonnet ne fait pas tout 😉

Souvenez-vous, cet homme vivant ses projets, passant son temps dans son atelier entouré d’outils futuristes où toutes ses créations travaillent pour lui, voir lui tiennent compagnie. Créer, Innover, faire par soit même en y mettant de soi, l’intention de bien faire en progressant, se dépassant mais aussi en aidant les autres. Vous y êtes, bienvenu dans le monde des Makers !

Pas de magie, derrière tout cela, le métal, le réacteur dans la poitrine, les hologrammes, les écrans 3D, la petite voie qui écoute et s’occupe de tous les coulisses (le fameux “Jarvis”) et bien il y a du code ! Ça donne envie non ? 🙂

Tesla, Elon Musk…et oui !

Ce n’est pas pour rien que Elon Musk à choisi Tesla comme nom de société, en référence à un grand “Trouveur” : Nikola Tesla. L’inventeur et ingénieur a révolutionné le monde de l’électricité tel que nous le connaissons. Cette même électricité qui anime les véhicules d’Elon Musk. Mais saviez vous que ce dernier à fortement inspiré la mise en scène du Tony Stark dans Iron Man ? En effet le réalisateur Jon Favreau et l’acteur Robert Downey JR s’en sont inspiré au point de l’intégrer dans une scène de Iron Man 2 :

Fablab, MakerFaire…

Un très bel article publié dans le journal du CNRS résume assez bien le mouvement des Makers : “Des makers aux fablabs, la fabrique du changement”

En France il se traduit par plusieurs associations mettant à disposition des locaux et du matériel “mutualisé” comme des fraiseuses numériques, des imprimantes 3D, des découpeuses à fil chaud, des découpeuses lasers…

Ces points de rencontres sont dans les grandes villes, ainsi quand on ne peut pas avoir d’atelier dans son appartement, on peut se rendre au Fablab du coin pour travailler sur son projet perso, mais également apprendre des autres car tous les profils se croisent : mécaniciens, électroniciens, développeurs, managers, étudiants, bricoleur du dimanche, etc, etc…

Des coins canapés / détentes / machine à café sont disponibles pour échanger et nous accompagnent pendant nos soirées créatives. Souvent des “portes ouvertes” sont faites pour le public et permettent à chacun de découvrir et participer à ce merveilleux élan de partage et de convivialité.

A titre d’exemple, j’avais cassé un pièce sur mon imprimante 3D, inutilisable car il s’agit de la tête d’impression. Steeve qui se reconnaîtra m’a gentiment imprimé une deuxième tête d’impression, avec son imprimante et m’a enlevé un belle épine du pied ! Je suis passé au Fablab et en prenant ma pièce j’ai encore plus progresser sur des techniques d’impression avec d’autres personnes sur place…un vrai régal !

Les projets : c’est du lourd…

Lors des mes différents passages j’ai pu voir de tout : des horloges numériques, des ateliers de crochetage de serrures (et oui, la sécurité n’est pas que informatique 🙂 ), un appareil photo gyroscopique autonome pour le vol en parapente, de la conception de pièces 3D, de la customisation de drones et de la simulation…

Un peu comme dans l’atelier de Tony…mais on est pas tout seul, il y a les amis. Toutes les compétences sont partagées, les difficultés aussi et le soutien. C’est aussi l’occasion d’avoir accès à un atelier de qualité. Quand on est enfant et que l’on commence à bricoler, on a tous comme rêve d’ouvrir la porte et d’avoir cet espace qui s’offre à nous :

Pour les connaisseurs, je crois bien qu’il y a une imprimante 3D dans la scène, je vous laisse chercher… 🙂

Et la programmation dans tout ça ?

Il y en a beaucoup, prenons les imprimantes 3D et le magnifique projet RepRap. Les plans sont disponibles librement sur internet, le matériel peut être acheté facilement dans son magasin de bricolage, pour les pièces spécialisées et l’électronique on peut les commander sur Internet. Quand je dis que les plans sont disponibles, tout le monde a en tête la notice de montage Ikea…mais pas que, car les plans de montage sont téléchargeables, la conception électronique mais aussi les logiciels (et le code source), toute la connaissance est gratuite et peut être améliorée et repartagée. Nous parlons de logiciels et de matériel ouvert (Open Source, Open Hardware). Au revoir l’obsolescence programmée !

J’ai assemblé ma première imprimante 3D en 2012 : une Prusa i2 (pour les connaisseurs), quand on fait soit même, on met les mains dans le cambouis. Ici le cambouis c’est l’Arduino, le code source du firmware pour l’adapter à son imprimante, la compilation, le “Téléversement” sur la carte électronique. Cela m’a permis d’apprécier l’immense travail fait pour le calcul des mouvements de l’imprimante : le fameux G-code, et les algorithmes d’anticipation d’angles pour avoir un dépôt de matière optimal dans les angles, plutôt qu’un gros pavé. Il y a les sondes de températures, l’écran LCD pour donner les information d’impression à l’utilisateur…du code il y en a, et je ne parle que de l’impression 3D… !

Et si on est pas programmeur ?

Toutes les compétences sont là, la programmation est l’une d’entre elles mais le monde des Makers est grand.

A titre personnel les Makers et l’esprit qui en résulte se retrouvent dans plusieurs corps de métiers : les menuisiers, les peintres, les plaquistes, les plombiers, les bricoleurs du dimanche, tout ceux qui ont dans les veines la passion créatrice et le partage qui les animent. Pour moi l’artisanat en fait partie et j’ai un profond respect pour ces métiers et une grande admiration pour ces gens qui les fond vivre.

A titre d’exemple plusieurs d’entre eux que je suis sur Youtube m’ont permis de réaliser par moi même :

  • le remplacement de mon chauffe eau (c’est lourd quand il y a 15 ans de tartre au fond…)
  • Le doublage de mon garage atelier de Maker en placo phonique
  • La peinture de 3 pièces (avec ratissage plafond et murs…alors que je n’y connaissais rien)
  • L’envie de travailler le bois (je manque un peu de temps, mais la passion est aussi dans les veines)

C’est pourquoi je remercie ces youtubeurs que j’espère rencontrer un jour :

j’espère également au travers de ce blog et de la chaîne vous transmettre la passion de la création numérique !

Débutant ou confirmé, de la place pour tout le monde !

Vous connaissez la différence entre un maître et un débutant ?

Le maître a échoué plus de fois que les tentatives du débutant.

Ça permet de ne pas se mettre la pression et d’y aller, je vous le conseil, c’est formidable. Il y a souvent des portes ouvertes ou des évènements. J’en profite pour remercier le LOG (Laboratoire Ouvert Grenoblois) et ses membres pour les échanges et l’entraide au top !

Plutôt qu’un long discours, voici ce que l’on ressent quand on arrive au bout de ses créations, le sentiment qui nous parcourt lorsque nos rêves se réalisent :

C’est tout le bonheur que je vous souhaite ! A très vite, inscrivez-vous à la newsletter pour continuer à suivre cette formidable aventure qu’est ‘coder pour changer de vie’ !

Nicolas.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire